Vers le contenu

Chorégraphier

Point de départ

Tout projet chorégraphique exige au préalable une phase de réflexion, parfois longue, pour qu’il soit couronné de succès. Ce chapitre aborde sept questions auxquelles l’enseignant devra impérativement répondre.

Pourquoi: définir un but, une idée, un thème ou un concept

Le Pourquoi constitue l’essence d’une création. Il se définit par un but, une idée, un thème ou un concept que l’enseignant respectera tout au long du processus chorégraphique.

Par exemple:

  • But: organiser un spectacle ou un concours.
  • Idée: créer des mouvements à partir d’un objet, d’un costume ou d’une musique.
  • Thème: mettre en scène un thème (le western) ou une histoire (Roméo et Juliette)
  • Concept: créer des mouvements dans un espace inhabituel (une usine) ou associer deux disciplines (la gymnastique et l’escalade).
Lorsque l’enseignant définit le Pourquoi, il doit tenir compte des participants engagés dans le processus (qui), du lieu de la ou des représentations (où), du temps à disposition (quand), du public attendu (pour qui) et des méthodes de travail (comment).

 Qui: décrire les participants

Le Qui renseigne sur la biographie des participants.

  • Combien sont-ils?
  • De quel sexe?
  • Quel est leur âge, leur niveau, leurs intérêts et leurs motivations?

Ces informations sont nécessaires pour mettre en place un processus adapté aux participants.

Où: préciser l’endroit de la représentation

Le indique l’endroit où se déroulera la représentation: est-ce un espace connu ou inhabituel, à l’intérieur ou à l’extérieur? Quelle est la grandeur de la scène, sa forme? Quel est le revêtement du sol? Est-ce que le public est placé en surplomb, en contrebas, sur un front ou tout autour? L’enseignant devra adapter l’utilisation de son espace en fonction de ces réponses.

Par exemple:

  • Si la représentation a lieu à l’extérieur, l’enseignant devra tenir compte des conditions météorologiques.
  • Si le sol est en béton, l’enseignant ne pourra guère proposer des suites de mouvements au sol.
  • Si le public est placé en hauteur, l’enseignant pourra utiliser certaines formations qui ne seraient pas visibles si le public était placé au même niveau que les interprètes (voir «Formations»).

Quand: fixer la date de l’événement et le temps à disposition

Le Quand identifie toutes les tâches à effectuer jusqu’à l’événement et les répartit dans le temps à disposition. Chaque événement est unique et nécessite donc une planification spécifique sous forme d’échéancier.

  • Plan d’entraînement: L’enseignant prépare un plan d’entraînement permettant d’atteindre le ou les objectifs en tenant compte:
    • de la date de l’événement (si celui-ci a lieu en septembre, faut-il ajouter des entraînements supplémentaires en raison des vacances d’été?);
    • de la période de l’année (s’il se déroule en décembre, faut-il intégrer le thème de Noël dans la création?);
    • du nombre d’entraînements et de leur durée;
    • des répétitions supplémentaires;
    • de la disponibilité des participants.
  • Temps: L’enseignant doit être conscient qu’une création exige du temps, non seulement lors de la phase de réflexion, mais aussi pendant celle d’entraînement, car la mise en pratique d’idées nécessite souvent des adaptations. Ce temps ne doit pas être sous-estimé au moment de la planification!
  • Matériel: Chaque création oblige l’enseignant à s’interroger sur le matériel: a-t-il besoin de costumes ou de décors particuliers? Comment peut-il se procurer ce matériel? Doit-il faire des essais avant de commencer la création? Ces aspects doivent aussi être pris en considération au moment de la planification.
  • Communication: Les participants (et les parents) doivent être informés au plus vite des objectifs, des dates importantes, des entraînements supplémentaires, etc. Une bonne communication est un atout primordial tout au long du processus.

Pour qui: définir le public attendu

Le Pour qui définit le public attendu lors de l’événement. Une chorégraphie destinée à des parents, des amis, des connaisseurs ou des juges ne se planifie pas de la même manière car les attentes diffèrent.

Par exemple:

  • Des parents ou des amis sont des spectateurs conquis dès qu’ils voient leurs enfants ou leurs amis sur scène. L’enseignant a donc carte blanche.
  • Des juges sont eux soumis à des critères d’observation spécifiques, dont l’enseignant devra tenir compte au moment de la création.

Comment: préciser les méthodes de travail

Le Comment précise les méthodes d’apprentissage ou d’enseignement appliquées au cours du processus.

  • Quel type d’apprentissage (ouvert ou structuré) convient à la situation?
  • Faut-il laisser les apprenants libres de créer certaines parties de la composition?
  • Quelle méthode (globale, fractionnée ou combinée) est préférable pour introduire les nouveaux éléments?
  • Vaut-il mieux tout enseigner en une fois ou structurer l’apprentissage en plusieurs étapes?
  • Les apprenants s’exercent-ils en groupe, à deux ou individuellement?

L’enseignant doit également penser aux moyens techniques et au matériel dont il dispose lors de cette phase d’apprentissage.

Cette démarche s’établit en fonction de la fréquence et la durée des entraînements. Le temps à disposition influence les étapes d’introduction, de perfectionnement et d’automatisation de la création.

Quoi: définir le cadre de la création

Le Quoi définit la création elle-même. Par esprit de simplification, ce concept englobe trois étapes que l’enseignant peut utiliser et combiner à sa guise.

Catégories

  • Type de contenu: Articles
  • Sports: Contacts dans le groupe, Gymnastique et danse
  • Tranche d'âge: 5-7 ans, 8-10 ans, 11-15 ans, 16-20 ans, 21-65 ans
  • Degré scolaire: Degré préscolaire, Degré primaire, Degré secondaire I, Degré secondaire II école professionnelle, Degré secondaire II lycée/gymnase
  • Niveau de progression: Débutant, Avancé, Chevronné
  • Niveau d'apprentissage: Acquérir, Appliquer, Créer
  • Compétences éducation physique: Danser, Perception du corps, S’exprimer, créer
  • ormes de base du mouvement: Rythmer, danser