Handball

Avant le coup d’envoi

Les élèves aiment jouer. Pour améliorer les différentes habiletés techniques, l’enseignant s’efforcera de construire chaque thème – passe et réception, tir, dribble – avec un accent ludique. Dans chaque leçon, il est important que tous les élèves expérimentent la sensation du tir au but.

Une jeunne fille tient le ballon dans ses mains que se disputent deux autres enfants.L’objectif principal de la défense est de récupérer la balle et non pas de commettre une faute pour stopper l’adversaire. Et comment y parvient-on?

Sans entrer dans des détails technico-tactiques, plusieurs options existent: réduire l’espace à disposition des attaquants, stopper le plus vite possible la progression de l’adversaire en le gênant haut dans le terrain, le pousser à la mauvaise passe, etc.

En résumé, le travail défensif consiste à agir et non pas à réagir (voir encadré ci-dessous). Ce qui le rend bien plus intéressant et motivant!

Placement et travail des jambes

Bien entendu, les situations de 1:1 dans lesquelles le défenseur essaie de bloquer l’attaquant doivent aussi être travaillées. L’accent est mis sur le bon placement et le travail des jambes, l’idée étant de pousser le joueur sur les côtés, là où l’angle de tir sera moins favorable.

Les mauvaises fautes, celles commises par derrière notamment, doivent être tout de suite sanctionnées, surtout à l’école pour que les élèves apprennent les bons gestes dès le départ.

Du 4+1 au 6+1

La forme finale avec six joueurs de champ et un gardien ne se justifie pas toujours pour le jeu scolaire. La plupart des salles ne sont pas assez grandes, la ligne des six mètres est tronquée. Les élèves risqueraient plutôt de se marcher sur les pieds. De plus, le jeu à quatre contre quatre est beaucoup plus intensif, il permet à chaque joueur de toucher la balle et d’avoir une influence plus directe sur le jeu.

Au secondaire II, les tournois se jouent en principe à cinq contre cinq, voire six contre six. Le jeu reste le même, seule l’organisation territoriale diffère: on trouvera deux ailiers, deux arrières (droit et gauche), un arrière central qui endosse la fonction de meneur, et un joueur placé en pivot sur la ligne. Tous les joueurs doivent être capables de bouger et de se retrouver dans chaque position (pas de spécialisation).

 

Agir plutôt que réagir!

Voici quelques exemples de défense orientée vers l’offensive. Ils sont décrits pour des équipes de quatre joueurs mais conviennent aussi aux équipes de cinq et six joueurs.
.
Schéma: Tous les défenseurs se tiennent sur la ligne des jets francs.0-4: Tous les défenseurs se tiennent sur la ligne des jets francs (9 mètres) et contraignent les attaquants à se tenir éloignés les uns des autres. Les joueurs proches du porteur du ballon sont mis sous pression, de sorte qu’ils doivent en permanence essayer de se démarquer. Aucune passe ne doit être facile pour l’attaque.
Schéma: Trois défenseurs se tiennent sur la ligne des jets francs, un pivot en attaque couvert par le quatrième défenseur.1-3: Idem que la première situation, mais avec un pivot en attaque. Ce joueur est couvert en permanence par le même défenseur.
Schéma: Deux défenseurs défendent en zone sur les ailiers, deux jouent plus offensivement sur les arrières.2-2: Deux défenseurs défendent en zone sur les ailiers, deux jouent plus offensivement sur les arrières, en essayant d’intercepter ou de provoquer une mauvais passe.
Schéma: Trois défenseurs en zone, un défenseur très offensif sur l’arrière central.3-1: Trois défenseurs en zone, un défenseur très offensif sur l’arrière central. Avec pivot.