Vers le contenu

Football des enfants

Les barrières d’entrée dans les clubs

Une étude de la Haute école fédérale de sport de Macolin HEFSM, en collaboration avec l’Association suisse de football (ASF), le démontre: les clubs de football sont victimes de leur succès et ne peuvent parfois plus répondre aux nombreuses demandes d’inscription. Trop d’enfants sont placés sur des listes d’attente. Pour les filles comme pour les garçons, cela peut mener à une perte de talents ainsi qu’à une exclusion du système sportif. Cette étude le souligne précisément: une réforme doit s’effectuer au sein du football suisse des enfants. Des solutions existent, même si elles ne sont pas simples à mettre sur pied.
Dessin: des jeunes en file attendent de pouvoir jouer.
Illustration: Association suisse de football ASF (capture d’écran de la vidéo explicative «Enquête sur les clubs de football»)

Auteurs: Eva Rüeger, Mirjam Hintermann, Michael Romann (Haute école fédéral de sport de Macolin HEFSM), Raphael Kern (Association suisse de football ASF)

Environ 300’000 joueuses et joueurs, dont deux tiers d’enfants et de jeunes: c’est le nombre actuel de membres actifs dans l’Association suisse de football, ce qui en fait une des plus grandes fédérations sportives de Suisse. Les besoins en infrastructures, telles que terrains, éclairages, vestiaires et salles de sport pour la saison d’hiver, se font d’autant plus ressentir. Le nombre d’entraîneurs qualifiés nécessaire est élevé.

Cependant, de nombreux clubs se trouvent dans l’impossibilité de couvrir ces besoins. La conséquence: beaucoup d’enfants sont inscrits sur des listes d’attente qui atteignent parfois la centaine de noms au sein d’un seul et même club.

Cela porte particulièrement préjudice à la création et au soutien des équipes féminines car les clubs se trouvent déjà à la limite de leurs capacités. Les participantes doivent intégrer des équipes masculines dans lesquelles elles sont sous-représentées. Des solutions doivent être trouvées afin de permettre à chacun de jouer au football et de proposer une offre adaptée. L’objectif premier est la suppression des listes d’attente.

Situation actuelle

L’analyse de la situation actuelle a été effectuée en contactant par courrier électronique l’ensemble des clubs comprenant une section «football des enfants», soit les catégories G, F et E (5-11 ans). Sur un total de 1’128 clubs, 556 ont répondu à l’appel (49%). Les réponses ont été classées selon cinq catégories (figure 1).

Figure: Classification des listes d’attente (LA). LA non-documentée: pas d’informations sur le nombre, la date de naissance ou le sexe. LA documentée: information au minimum sur la date de naissance et le sexe. LA avec alternative: une activité physique hors-club est proposée. Temporaire: confrontation régulière aux LA.
Figure 1: Classification des listes d’attente (LA). LA non-documentée: pas d’informations sur le nombre, la date de naissance ou le sexe. LA documentée: information au minimum sur la date de naissance et le sexe. LA avec alternative: une activité physique hors-club est proposée. Temporaire: confrontation régulière aux LA.

D’après les 54 clubs ayant fourni une liste d’attente documentée, 1’216 garçons et 47 filles attendent d’intégrer une équipe. Comme illustré par la figure 2, les listes d’attente sont majoritairement regroupées autour des grandes villes en Suisse allemande, où le taux de réponse était également plus élevé (tableau 1).

Figure: Répartition des 132 clubs avec listes d’attente
Figure 2: Répartition des 132 clubs avec listes d’attente.
Tableau: Analyse de la répartition des listes d’attente (LA) et du taux de réponse (TR) dans les associations régionales (AR).
Tableau 1: Analyse de la répartition des listes d’attente (LA) et du taux de réponse (TR) dans les associations régionales (AR).

La taille du club et le niveau de sa première équipe ne présentent aucune relation avec la longueur des listes d’attente (figure 3). Selon une estimation basée sur les données récoltées, 270 clubs seraient concernés par cette problématique et presque 230 clubs suisses auraient régulièrement une liste d’attente. Le nombre total d’enfants mis en attente s’élèverait à 7’800.

Figure: Absence de relation entre le nombre d’enfants inscrits sur une liste d’attente, le nombre de joueurs actifs dans le club ainsi que du niveau de la première équipe.
Figure 3: Absence de relation entre le nombre d’enfants inscrits sur une liste d’attente, le nombre de joueurs actifs dans le club ainsi que du niveau de la première équipe.

Exclusion du système sportif

L’existence des listes d’attente s’oppose à la promotion de l’activité physique des enfants. Il est rare que les clubs proposent des offres alternatives pour les enfants inscrits sur les listes d’attente ou qu’ils redirigent les enfants vers d’autres équipes. De surcroît, les entraînements d’essai créent un environnement sélectif, compétitif et stressant qui constitue une barrière supplémentaire à la participation, particulièrement chez les filles (Casey et al., 2014; Farmer et al, 2018). La création d’équipes féminines en aval en est ainsi négativement impactée.

Selon Hardy (2010), l’influence parentale joue aussi un rôle dans le choix du sport. Par exemple, le temps dédié au sport, les coûts engendrés et la variété de l’offre dans les environs du lieu de résidence sont des critères décisifs (Hardy, 2010). Si le sport désiré ne peut être pratiqué en raison des listes d’attente, le risque existe que l’enfant ne participe à aucune autre activité sportive. Le scénario catastrophe est ainsi l’exclusion de l’enfant du système sportif.

Perte de temps, perte de talents

Les listes d’attente sont une première barrière de sélection dans le développement de la (future) joueuse et du (futur) joueur. Leur impact se ressent encore après l’admission dans un club: le temps passé sans entraînement structuré en comparaison aux coéquipiers génère une différence de niveau. Cette dernière est souvent illustrée par la sélection dans une équipe secondaire ou tierce due à une performance moins élevée.

Les enfants y sont souvent formés et accompagnés par des entraîneurs moins expérimentés, ce qui peut mener à nouveau à une performance moins élevée et une baisse de motivation. Cette spirale négative rend les joueurs et joueurs plus prédisposés au drop-out (figure 4). Une analyse de la base de données de l’ASF le constate: 86% des enfants en catégories G à E sont sujets à un tel système de sélection lorsque plusieurs équipes sont formées dans une même catégorie d’âge.

Figure: Spirales positive et négative résultant des listes d’attente.
Figure 4: Spirales positive et négative résultant des listes d’attente.

Rééquilibrer l’égalité des chances

Le cercle vicieux influence négativement la pratique sportive tout au long de la vie ainsi que le pool de talents suisse, ce qui se répercute sur le sport de compétition. Sur son chemin vers l’élite nationale, la joueuse ou le joueur passe des sélections à chaque étape.

L’entrée dans le monde du football organisé représente la base de la pyramide, dont la taille peut être diminuée sous l’effet des listes d’attente. Des talents sont perdus et l’égalité des chances n’est pas garantie. De plus, les effets d’âge relatifs s’ajoutent à cela et peuvent accentuer le drop-out (Born et al., 2018). Pour contrer cette problématique dans le futur et éviter la perte de potentiels talents, des solutions doivent être trouvées.

Améliorations en vue

Certaines associations régionales (Zurich, Nord-Est suisse) ont déjà lancé des projets expérimentant des solutions alternatives pour le futur. Afin de pouvoir fournir un soutien individualisé, il est nécessaire de discerner la structure, les problèmes et les possibilités de chaque club.

Selon les résultats de l’enquête nationale sur les clubs de football (Les clubs de football en Suisse), 60% des clubs évoquent un manque d’infrastructures ou leur taille inadaptée (Bürgi, Lamprecht, Geber & Stamm, 2018). Il serait souhaitable de pouvoir développer une panoplie de solutions alternatives qui permettrait de s’accorder individuellement aux conditions de chaque club. Certaines d’entre elles sont présentées dans la suite de l’article.

Développer une offre ciblant l’«activité-plaisir»

A une époque où les offres de loisirs sont innombrables, l’engagement durable au sein d’un club sportif est mis à rude épreuve. Il devient alors nécessaire de s’aligner au style de vie actuel afin de promouvoir la participation.

L’organisation hebdomadaire des entraînements et compétitions demande beaucoup de temps durant la saison et peut constituer une lourde charge pour les joueurs, entraîneurs et familles. Ainsi, une offre allégée orientée vers une activité-plaisir (compétitions ponctuelles, jeu libre) pourrait être proposée dans le club. Les équipes traditionnelles s’entraînant de manière plus régulière et participant aux compétitions seraient quant à elles formées d’enfants plus ambitieux et qui seraient prêts à s’impliquer davantage.

Le passage d’une offre à l’autre dans les deux sens devrait permettre aux participants de s’engager en fonction de leurs possibilités et de leurs envies. Simultanément, l’accès au football serait élargi et donnerait plus de chances aux enfants de se familiariser avec le ballon.

Le «pool-training», solution à de nombreux défis

Le pool-training est une forme d’organisation de l’entraînement dirigé par une équipe d’entraîneurs et auquel 20 à 30 enfants (pool) peuvent participer. A partir du «pool», des petits groupes de six à dix joueurs/joueuses sont formés. Durant l’entraînement, chaque groupe passe d’une station à une autre (20-30 minutes par station). L’organisation en est simplifiée et dans l’équipe des entraîneurs, le plus expérimenté se charge de la direction générale de l’entraînement et de soutenir les autres entraîneurs. L’espace peut de la sorte être utilisé de manière optimale.

Initier les jeunes à la fonction d’(aide-)entraîneur

Le manque d’entraîneurs et d’accompagnants est aussi un problème fréquemment rencontré dans les clubs. Le nombre d’entraîneurs qualifiés est parfois difficile à atteindre et les formations J+S ne peuvent être suivies qu’à partir de la 18e année. La durée du cours peut parfois être une barrière supplémentaire.

Pour pallier ce creux, le service des sports du canton de Zurich a développé un programme pour la relève des entraîneurs nommé 1418coach. De 14 à 18 ans, les jeunes ont la possibilité de suivre une formation d’un week-end afin d’apprendre les bases de l’enseignement. Par la suite, chaque jeune est parrainé par un moniteur ou coach J+S qualifié de son club, soutenu à son tour par une contribution financière du canton.

Le projet a déjà été adopté par plusieurs cantons. Non seulement le club profite d’une main-d’œuvre supplémentaire et peut ainsi augmenter le nombre de participants par entraînement, mais les jeunes coachs s’enrichissent aussi d’une expérience de vie. La découverte de cette nouvelle facette du sport peut développer un sentiment d’autonomie et d’appartenance renforçant les liens avec le club, ce qui profitable sur le long terme.

Flexibilité des formes de compétition

Les formes traditionnelles de jeu requièrent la participation d’un nombre défini de joueurs. Certains clubs rencontrent une difficulté à créer une équipe complète, principalement dans le football féminin, ou à l’inverse d’autres se battent avec le surnombre de joueurs/joueuses qui offre un triste spectacle d’enfants assis en marge de l’action.

Comme l’a démontré le projet «play more football», les formes de jeu sur petits terrains permettent d’être totalement flexibles quant au nombre de joueurs (Hintermann, 2020, under review). Des formes de compétition modulables diminueraient ainsi les limitations au niveau des effectifs et pénaliseraient moins les enfants.

Une planification à court terme permettrait de pouvoir s’organiser selon l’effectif à disposition au moment de l’événement. Le programme d’une saison entière pourrait être constitué uniquement d’événements ponctuels sans classement final, n’exigeant pas de devoir présenter une équipe intégrale à chaque match.

Synergies gagnantes

Tandis que certains clubs croulent sous la demande, d’autres clubs ont fait part de leur difficulté à regrouper un nombre suffisant d’enfants pour créer une équipe. Dans un rayon géographique défini, les enfants pourraient être répartis selon les places disponibles grâce à une collaboration entre les clubs. Les distances de trajets envisageables pour les parents sont cependant à prendre en considération. De plus, une collaboration entre clubs et écoles d’une même commune augmenterait les ressources en personnel par l’engagement d’enseignantes et d’enseignants d’éducation physique, ainsi que les ressources infrastructurelles par leur utilisation durant les heures creuses.

Une autre alternative serait la coopération entre différents sports d’une même région. En premier lieu, différents sports de balles pourraient proposer des entraînements communs afin que les enfants se familiarisent avec le ballon avant d’entrer dans un club. L’invention du «FooBaSKILL» est un exemple concret de cette activité polysportive (Thème du mois mobilesport.ch, 2017). Malgré l’envie des enfants de participer à un sport spécifique, ils auraient la possibilité de vivre des expériences de mouvement et de groupe en dehors des heures d’école, et de découvrir des sports peu connus.

Lors des premières années d’activités sportives, la diversité des mouvements dans un sport en particulier mais aussi la pratique de différents sports sont importantes pour le développement de l’athlète, tout autant dans le sport d’élite que dans le sport populaire (Côté et al, 2009). Cette hétérogénéité des disciplines ferait également découvrir aux entraîneurs des approches différentes à transférer dans leur sport respectif.

Concrétisation des alternatives aux listes d’attente

Autant claires et idéales que puissent paraître ces alternatives (tableau 2), leur exécution peut parfois s’avérer être un casse-tête. La suppression des listes d’attente engendrera un taux de participation plus élevé qui créera une base solide. Cette dernière est nécessaire à un développement optimal des talents, de même qu’un moyen de soutenir l’activité physique tout au long de la vie et de promouvoir la santé par le mouvement.

ASF Quality Club

Avec le Quality Club, l’Association suisse de football (ASF) lance un programme complet de développement et de certification des clubs.

Grâce à ce programme, les clubs sont soutenus de manière individuelle et sur mesure par l’ASF, afin qu’ils se développent de manière optimale. Il comprend un service de mentorat (analyse détaillée du club et planification des mesures), ainsi que la certification en tant qu’objectif du processus. Le concept de l’ASF Quality Club a été développé en étroite collaboration avec l’UEFA et l’Association nationale norvégienne.

Tableau 2: Les différentes alternatives et leurs bénéfices principaux selon l’état actuel du club

Programme de certification

Récemment, l’ASF a lancé un programme de certification sur la base de l’UEFA Grassroot Charter et de programmes existants dans d’autres pays. L’éradication des listes d’attente est un objectif qui peut être atteint par différents moyens selon les besoins propres à chaque partie prenante.

Un grand merci à Alain Burger, Benjamin Egli, Dominik Müller, Joy Walker, Marco Bernet, Pascal Humbel et Theo Widmer pour les échanges constructifs et leur engagement.

Catégories

  • Type de contenu: Articles
  • Sports: Football, Football des enfants
  • Tranche d'âge: 5-7 ans, 8-10 ans, 11-15 ans